commentaire pour opus 87d

retour à la liste

Marianische Fantasien I-III pour cor de bassette seul (ou clarinette basse ou basson), op. 87d (1990)


I. Ave Maria zart ...

II. Salve Regina

III. Regina coeli

 

Première, Version pour cor de bassette: 22 mars 2002, Reutlingen / Martin Litschgi (cor de bassette)

Première, Version pour
basson : 13 avril 2006, Peking, Central Conservatory / Albrecht Holder (bason)

Durée: 10 minutes

Maison d'édition: Schott Music ED 20026 / ISMN M-001-14472-8
www.notafina.de

Cor de BassetteClarinette Basse / Basson)

 

Hummel a écrit trois versions de ces fantaisies de quatre minutes: l'original pour cor de basset et les versions pour clarinette basse solo et basson solo. La plus impressionnante est certainement celle pour cor de basset avec sa sonorité mystique, transfigurée, que Mozart utilisait déjà en référence musicale à l'au-delà.
Chacune des trois fantaisies débute avec un chant grégorien en l'honneur de la Vierge Marie, suivi d'une fantaisie élaborée sur son thème. C'est ainsi que Hummel construit un pont entre une mélodie religieuse très ancienne et la musique du XXe siècle. Les "Fantaisies marianiques", de difficulté relative, n'en sont pas moins sublimes. Un moment fort pour les auditeurs, qu'ils soient dans une salle de concert ou dans une l'église.

 

Avant-propos (Schott Music ED 20026)

Les Marianische Fantasien sont nées en 1990. Elles furent créées à partir de chants grégoriens dédiés à Marie et d'une mélodie datant du 17e siècle. Elles priment parmi celles de l'epoque et laissent particulièrement bien apparaître la coloration métaphysique du timbre du cor de basset. Les fantaisies composées avec beaucoup d'art donnent au cor de basset l'occasion d'épuiser pleinement sa cantabilité. Grâce au timbre détaché du temps et de l'espace du cor de basset, que W. A. Mozart utilisa également pour exprimer l'au-delà, un lien se crée entre les chants traditionnels et la musique du 20e siècle.
Les Marianische Fantasien reflètent d'une manière très belle la composition contemporaine tout en mettant en lumière leurs racines. Leur base spirituelle et religieuse confere ä cette musique une autre dimension, qui convient ä chaque type d'execution. Ces fantaisies trouveront leur place dans les salles de concert comme dans les églises lors de représentations profanes ou spirituelles. Facilement compréhensibles, l'exécutant comme le public les écouteront avec plaisir.
Les versions pour basson et clarinette basse sont autorisées par le compositeur et constituent en tout cas une bonne alternative.

Martin Litschgi (Traduction : Dominique de Montaignac)

retour à la page précédente

Deutsch - English