commentaire pour opus 55d

retour à la liste

Fantasia pour flûte seule (du ballet "la dernière fleur"), op. 55d (1975)


 

Durée: 5 minutes

Maison d'édition: N. Simrock Hamburg-London (Boosey & Hawkes) ED 2978 / ISMN M-2211-0896-8

video : Fragment op. 55c


Le ballet "La dernière fleur" d'après J. Thurber décrit le pouvoir, l'abus de pouvoir, la guerre, la destruction et l'espoir dans une alternance répétitive. Le solo de flûte décrit la tentative futile de la "dernière fleur" de répandre l'espoir, qui meurt dans la pluie atomique descendante.

Bertold Hummel



Bertold Hummel a réuni et arrondi en une seule pièce deux épisodes de flûte solo, qui sont joués dans les coulisses du ballet susmentionné, de manière tout à fait convaincante sur le plan formel. Bien que la substance musicale soit certainement comprise dans le contexte de l'intrigue du ballet, la Fantasia apparaît également significative et essentielle en tant qu'expression musicale autonome. Les auditeurs, les joueurs et les lecteurs pourront reconnaître l'architecture de la pièce dans ses motifs intervallaires mémorables ; ils remarqueront comment le cercle s'arrondit vers la fin ; ils ne manqueront pas l'inversion intervallaire de figures rythmico-mélodiques caractéristiques et une cantilène espressivo, qui crée une structure claire. On pourrait mentionner bien d'autres détails dans ce sens, mais en bref : le grand avantage de la pièce est sa clarté ou sa "compréhensibilité" (comme on l'appelait dans l'école viennoise), sans rien perdre de son originalité, de sa spontanéité et de sa véritable émotivité.

Heino Schwarting,
Tibia 1/1985

retour à la page précédente

Deutsch - English