commentaire pour opus 35a

retour à la liste

Sonatine N° 1 pour violon et piano, op. 35a (1969)


I. Maestoso

II. Elegie

III. Finale vivace

 

Durée: 6 minutes

Maison d'édition: N. Simrock Hamburg-London (Boosey & Hawkes) EE 5463 / ISMN 979-0--2211-2255-1

Conventus Musicus CM 102

Video: Hummel sur youtube


J'ai écrit la sonatine pour un de mes fils, pour l'inciter à pratiquer. Le premier mouvement suit le schéma de la sonate avec deux thèmes - le développement et la récapitulation (le tout bien sûr dans le plus petit espace possible). Dans le 2e mouvement, la voix solo, jouée avec le muet, s'élève au-dessus d'un motif de soupir de l'accompagnement au piano comme un aria. Dans le 3ème mouvement - un rondo avec un 2ème mars - les éléments rythmiques sont au premier plan.

Bertold Hummel (1977)

 

La Sonatine pour violon et piano op. 35a a été composée en 1969 et, avec le Concerto pour percussion op. 70, est l'une des œuvres les plus célèbres de Bertold Hummel. Les partitions ont été vendues des milliers de fois dans le monde entier. Avec sa mélodie chaude et son rythme pétillant, il s'adresse tout particulièrement aux "jeunes joueurs".
Elle commence par un puissant mouvement maestoso. La sonorité du premier thème est agréablement contrastée par un thème secondaire lyrique. La reprise se termine par un fugato impulsif. Le deuxième mouvement, Elegie, est constitué d'une seule mélodie qui est ressentie comme étant pleine d'âme. Le son du violon plane, pour ainsi dire, sur les sons sphériques du piano. Dans le virtuose Finale vivace, la sonatine trouve son apogée. Légèreté ludique, rythmes de marche et points culminants dramatiques s'alternent en une succession rapide. La coda mène à la fin en arpèges sauvages.

 

(...) Quelques années plus tard, j'ai accompagné mon fils au piano lors d'un concert d'étudiants. Il avait la Sonatine pour violon et piano de Hummel à sa disposition et était très fier de pouvoir jouer ce morceau aux rythmes parfois extrêmement compliqués. "C'est groovy !" était la plus belle chose qu'un garçon pouvait dire sur cette musique. J'ai été impressionné par la composition en raison de sa manipulation carrément effrontée du matériel musical, j'ai été fasciné par la façon dont Hummel a incorporé des éléments de jazz et a su mener les jeunes vers la Nouvelle Musique.

Wilfried Hiller (livret du CD des jeux de clavier sur le label MUSICAPHON, 2005)

 

Parfois, à son grand regret, le compositeur, né en 1925 à Hüfingen, dans le pays de Bade, est identifié à une pièce relativement facile à réaliser même pour les jeunes joueurs et qui, en même temps, sonne brillamment, a atteint une popularité insoupçonnée et est utilisée à maintes reprises dans les concours musicaux avec participation des cordes dans tout le pays comme l'œuvre pédagogique standard du XXe siècle. Cette Sonatine pour violon et piano op. 35a de 1969 n'est qu'un exemple frappant parmi toute une série d'œuvres à motivation pédagogique écrites par Hummel, né de la nécessité de fournir à sa propre progéniture - six fils et entre-temps 15 petits-enfants - et aux élèves de sa femme Inken, toujours très demandée comme professeur de violon, une littérature jouable qui ouvrirait la voie à une préoccupation pour la musique du XXe siècle. Nous, les professeurs de musique, puisons régulièrement et avec gratitude dans ce vaste réservoir de bonne musique.

Michael Corßen (extrait de "Bertold Hummel and the Sonatina", brochure du programme de l'école de musique de Gütersloh, 2000)


retour à la page précédente

Deutsch - English